Commissaire et Service

Après un effort nécessaire de conceptualisation de l’intelligence économique, la priorité est désormais donnée à une dimension plus opérationnelle au service de la souveraineté économique de la Nation.

L’organisation de la structure, dédié à la sécurité économique au sein du ministère des Finances (MEF) concilie l’enracinement administratif du Service de l’Information Stratégique et de Sécurité Economiques (service à compétence nationale au sein de la Direction générale des entreprises du MEF) et le pilotage interministériel de la politique publique en matière de protection et de promotion des intérêts économiques, industriels et scientifiques de la Nation assumée par le Commissaire à l'Information Stratégique et à la Sécurité Économiques en la personne de Thomas Courbe, Directeur général des entreprises, secondé dans ses fonctions par un chef de service.

Le Commissaire à l'Information Stratégique et à la Sécurité Économiques

  Thomas Courbe, directeur général des entreprises, assure les fonctions de commissaire à l’information stratégique et à la sécurité économiques (CISSE).

La politique de sécurité économique vise à assurer la défense et la promotion des intérêts économiques, industriels et scientifiques de la Nation, constitués notamment des actifs matériel et immatériels stratégiques pour l’économie française ; elle inclut la défense de la souveraineté numérique.

Le CISSE assure le secrétariat du comité interministériel de liaison de sécurité économique, qui coordonne l’action des ministères compétents en matière de sécurité économique ; ce comité coordonne l’instruction des décisions proposées au conseil de défense et de sécurité nationale en matière de sécurité économique et le suivi de leur mise en oeuvre.

Le CISSE dispose du service de l’information stratégique et de la sécurité économiques (SISSE), service à compétence nationale ; le SISSE anime un réseau de délégués régionaux à l’information stratégique et à la sécurité économiques (DISSE), chargés de coordonner la mise en œuvre, sous l’autorité des préfets de région, de la politique de sécurité économique, à laquelle concourent l’ensemble des administrations concernées.

Né en 1972, ingénieur général de l'armement, Thomas Courbe a exercé des fonctions diversifiées, d'abord au ministère de la Défense puis, depuis 2002, au sein des ministères économiques et financiers. Il a notamment été secrétaire général du Club de Paris (2007-2009) et sous-directeur des relations bilatérales de la direction générale du Trésor et de la politique économique (2009-2010). Entre novembre 2010 et mai 2012, il a occupé les fonctions de directeur de cabinet du secrétaire d'Etat chargé du Commerce extérieur et de directeur adjoint du cabinet des ministres de l'Economie, des Finances et de l'Industrie. De septembre 2015 à août 2018, Thomas Courbe a été le directeur général adjoint du Trésor.


Le rôle de l'État dans la souveraineté économique

Thomas Courbe est intervenu lors d’une table ronde organisée à la Foire internationale de la cybersécurité (FIC) 2019. Il aborde le rôle de l’État dans la politique industrielle française et les briques technologiques qui seront essentielles à notre souveraineté économique. Avec lui pour débattre de la thématique du jour : «  L’autonomie stratégique à l’épreuve du numérique », s’expriment Eric Léandri (Dirigeant de QWANT), Paul Timmers (Enseignant à Oxford University), Stella Dineva (Security manager d’OWASP), et Arnaud Coustillière (Chef cybersécurité au ministère des Armées).


Le Service de l'Information Stratégique et de la Sécurité Économiques

Le Service de l'Information Stratégique et de la Sécurité Économiques (SISSE) est dirigé depuis le 2 octobre 2018 par Joffrey Célestin-Urbain, administrateur civil hors-classe, jusqu’alors Sous-directeur des relations économiques bilatérales de la direction générale du Trésor.

Né en novembre 1981, diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris, Joffrey Célestin-Urbain est affecté au MEF en 2006, à sa sortie de l’ENA.

Adjoint au chef du bureau Polsec 4 (environnement, agriculture, services des politiques publiques) de la direction générale du Trésor et de la politique économique (2006-2009), il devient ensuite adjoint au Secrétaire général du Club de Paris à la direction générale du Trésor, puis chef du bureau « marchés carbone » à la direction de l’énergie à la direction générale de l’énergie et du climat au ministère de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement (2009-2010).

Conseiller technique (grands contrats, financement export, analyse du commerce extérieur, relations bilatérales avec le Moyen-Orient et l’Afrique) au cabinet de Pierre Lellouche, au secrétariat d’État chargé du Commerce extérieur (2010-2011), il est promu conseiller au sein de ce cabinet en novembre 2011.

De septembre 2012 à septembre 2014, Joffrey Célestin-Urbain dirige le bureau de l’environnement et de l’agriculture à la direction générale du Trésor.

Il sera ensuite pendant trois ans administrateur pour la France et membre du Conseil d’administration de la Banque interaméricaine de développement à Washington, puis sous-directeur de la direction des relations économiques bilatérales au MEF, pendant un an, avant de rejoindre le SISSE.


Quelques éléments pour aller plus loin

Les très petites entreprises (moins de 10 salariés avec un chiffre d’affaires inférieur à 2 millions d’euros) et les petites et moyennes entreprises (moins de 250 salariés et moins de 50 millions d’euros) représentent l’immense majorité des 3,5 millions d’entreprises en France réparties sur l’ensemble des territoires. Aussi, forts du poids du nombre, ces acteurs économiques sont les moteurs essentiels de la performance et de la vitalité de l’économie française. La transformation numérique en cours, qui se traduit par l’interconnexion des technologies et des entreprises, la numérisation ou le fait que les systèmes d’information dépendent d’un très petit nombre d’acteurs (les GAFAM, ces géants du Web américains tels Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft  ou ceux du Web chinois tels de Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi, les BATX), s’accompagne pour les entreprises d’un fort besoin en sécurité. Les TPE/ PME sont bien sûr concernées au premier chef.

L’Etat-stratège, à travers une politique publique d’intelligence économique (PPIE) mobilisant l’ensemble des acteurs de sécurité économique publics et privés, s’attache à procurer aux entreprises un environnement numérique sécurisé et à promouvoir une culture de la sécurité économique, dans laquelle la cybersécurité prend une place importante.

Le Service de l’information stratégique et de la sécurité économiques travaille à ce titre en liaison avec les autres ministères (et notamment l’ANSSI)  à la définition de la politique publique de sécurité économique dans le domaine de la cybersécurité.


PME & cybersécurité : développer des réflexes et des bonnes pratiques de sécurité

Pour aborder l’épineux sujet de la cybersécurité des PME, Joffrey Célestin-Urbain s’entretient avec Jérôme Notin, Directeur du GIP ACYMA, cybermalveillance.gouv.fr et Sébastien Valsemey, RSSI de Médiamétrie dans l’émission Viméo d’Alliancy, (le magazine du numérique et du cyber). Le Chef du SISSE y explique le rôle de l’État face à la recrudescence de la menace cyber.

Regardez la vidéo ci-contre à partir de 5'40.


Edited on 03/07/2019

Partager